Skip to main content
Nous contacter 7j/7 24H/24 - 04 82 53 06 77
Découvrez comment nous travaillons Demande de demo
Divers

Coopération entre acteurs publics et privés de la sécurité : les bonnes pratiques

By 25 juillet 2017mai 19th, 2021No Comments
Coopération entre acteurs publics et privés de la sécurité : les bonnes pratiques

La montée du terrorisme en France depuis 2015 a fait croître les besoins en matière de protection, de surveillance et de sécurité. Organisations publiques et privées font face à la nécessité de renforcer le niveau de sécurité, spécialement dans les lieux accueillant du public, pour d’une part lutter contre le risque terroriste et d’autre part, pour rassurer les citoyens face à cette situation de crise durable. Cette augmentation de la demande ne peut être absorbée uniquement par le recours aux forces de sécurité publiques, agents de la police nationale ou encore militaires. De nouveaux modes de collaboration entre public et privé se développent pour optimiser les efforts de sécurité nationale.

Experts terrain avec une excellente connaissance de la sécurité opérationnelle, les agents de sécurité privée sont ainsi aujourd’hui largement impliqués dans la prévention des risques terroristes en France.  Présent partout en France, Smart PS intervient régulièrement pour des missions pour des acteurs publics.  

Assurer les conditions d’une collaboration efficace

La connaissance du terrain, du niveau de risque et du contexte spécifique de chaque zone à protéger (type d’espace, population, etc.) est essentielle. Pour cela, une étude préalable permet de faire un état précis de l’environnement à sécuriser.

 

Répertorier les besoins en sécurité

A la demande du Ministre de l’Intérieur, les préfets listent les lieux “sensibles”, soient de par la fréquence des actes de délinquance (agression, incivilité, vols, etc.), soit par le risque élevé de délinquance, voire d’acte de terrorisme. L’objectif est d’identifier les situations (lieu et temps) où un sentiment d’insécurité est ressentie. Cela peut notamment être de besoin permanent tels que :

Ou encore des besoins d’une présence ponctuelle d’agent de sécurité :

  • Événement public accueillant de nombreux participants ou visiteurs
  • Congrès ou meetings “sensibles” comme des congrès politiques
  • Foires / expositions publiques

Cela inclut notamment les zones d’activité commerciale, zones industrielles, des zones de départ et d’arrivée de transports, etc. Ces espaces sont particulièrement concernés par la mise en place d’opération de coopération entre acteurs publics et privés de la sécurité.

 

Formaliser la collaboration dans une CLCS

C’est la fonction première du CLCS (Circulaire du 5 janvier 2016 n°1600290J sur les conventions locales de coopérations sécurité)  la convention locale de coopération de sécurité. Ce document définit un cadre général pour faciliter la coopération entre la police nationale, la police municipale, les forces de l’armée et les sociétés de sécurité privée.

L’objectif de ce document est d’optimiser les efforts de sécurité visant à protéger les personnes, les établissements, les espaces et les biens, en déployant des collaborations permanentes ou ponctuelles entres les différents acteurs de la sécurité. La CLCS favorise :

  • La qualité des conditions de sécurité : grâce à une vision commune et un plan clair, chaque acteur sait quelle est sa mission, sa responsabilité et ses objectifs.
  • La communication entre les forces de l’ordre public et les agents de sécurité privé
  • La réactivité : face à un événement, un incident ou un acte terroriste, chaque agent a connaissance des dispositions de coopération prévue pour rapidement et efficacement réagir
  • La flexibilité : connaissance du terrain, capacité de dissuasion, armement et force d’intervention, les acteurs de la sécurité privée et publique sont à même d’apporter leur expertise et leurs moyens dans un cadre parfaitement défini.

La CLCS doit permettre de clarifier et formaliser :

  • Les modes de communication et d’échanges d’informations (descendantes et ascendantes) entre les différents acteurs impliqués (agents municipaux, gendarmes, police nationale, société de sécurité privée…)
  • La répartition des risques
  • L’identification des territoires à sécuriser
  • La formalisation des déploiements opérationnels des opérations de surveillance et de sécurité
  • Les modes de révisions et d’amélioration de la CLCS

Lancée officiellement début 2016 avec la formalisation de la CLCS, le rapprochement entre les acteurs publics et privés de la sécurité s’est aujourd’hui largement développé. Cette tendance (cf. Les tendances 2017 de la sécurité privée)  entraîne dans son sillon une évolution du métier même d’agents de sécurité, de par sa fonction, sa formation mais aussi ses attributions. Ainsi, la loi du 28 février 2017 relative à la sécurité publique ouvre une porte sur l’armement des agents de sécurité privée.

« Les agents exerçant les activités mentionnées au 3° de l’article L. 611-1 ne peuvent être autorisés à être armés que lorsqu’ils assurent la protection d’une personne exposée à des risques exceptionnels d’atteinte à sa vie. »

A propos de Smart PS

Créée par des experts de la sécurité privée, SMART PS intervient dans tous les domaines qui nécessitent une surveillance humaine pour protéger les biens et les personnes, physiques et morales. Sites commerciaux, entreprises et sites industriels, nos équipes interviennent partout en France. SMART PS est certifié QUALISECURITE et ISO 9001, garantissant un haut niveau de qualité à ses clients.

Pour toute information et demande de devis, contactez-nous.

Close Menu